dimanche 21 février 2010

Les naufragés du fol espoir mi-écrite par Hélène Cixous

Dans cette création collective du Théâtre du Soleil imaginée par Ariane Mnouchkine d'après Le phare du bout du monde et un roman posthume de Jules Vernes, la metteuse en scène se montre d'une fidélité intransigeante à elle-même. Au début un homme qu'enflamme les inventions et les idéaux de l'époque (de la fin du 19e siècle à la Grande guerre) prête sa guinguette des bords de Marne à un gars de sa trempe désireux d' y tourner un film qui relate l'histoire d'émigrants pour la plupart miséreux qui veulent quitter l'Europe pour commencer une nouvelle vie aux confins de la planète.

Fille d'Alexandre Mnouchkine, l'un des plus grands nababs du cinéma français, la maîtresse des lieux unit pour la première fois son amour du cinéma dans lequel elle a grandi et le théâtre dont elle est nettement une figure majeure. Personnalité qui n'a jamais fait mystère de ses engagements humanistes, elle commence son spectacle par une scène où Rodolphe de Habsbourg qui projette avec son cousin Jean Salvator de rendre la société moins injuste, est assassiné avec sa maîtresse, Marie Vetsera. La scène est d'autant plus forte que ce double meurtre, qui eut lieu dans le nid d'amour qu'était Mayerling, fut officiellement considéré comme le suicide de deux personnes que les diktats de la cour empêchaient de s'unir. Jean Salvator partira dans des régions inexplorées de ce qui n'est pas encore le Chili et où vivent depuis des millénaires des indiens qu'il tente de protéger de la voracité et de la cruauté sans bornes des soldats, des missionnaires et des hors la loi occidentaux.

La première partie de la représentation fait, comme le cinéma muet, la part belle au burlesque. Au cours d'une scène drolatique, la reine Victoria découvre sur une carte l'existence de la terre de feu et demande à son ami Georges Darwin qui en est propriétaire . Apprenant qu'elle n'appartient à personne, elle décide de s'en emparer; Mais sur le vaisseau nombre de crève-la -faim croient pouvoir appliquer le contrat social de Rousseau dans ces contrées vers lesquelles ils se dirigent Plus riche d'émotions la seconde partie assène la preuve que la bonne volonté ne suffit pas à faire reculer la misère et les préjugés.


Alors que se poursuit le tournage, l'Autriche menace la Serbie. L'Europe va sous peu entrer dans "un long tunnel de sang et d'ombres". Pour ce qui est du décor, l'immense plateau de la Cartoucherie est traversé de filins tandis que surgissent par instants la carcasse du rafiot ou des peintures de glaciers ou de mers déchaînées. Ce spectacle, l'un des plus beaux - avec Cercles/Fictions de Joël Pommerat - qu'il nous ait depuis longtemps donné de voir, se termine sur un inter-titre où est écrit ;"Apportons aux vaisseaux qui errent dans le noir la lueur obstinée d'un phare". C'est bien là ce que font Ariane Mnouchkine, Hélène Cixous et la troupe du Théâtre du soleil.

Cartoucherie Théâtre du Soleil tel 01 43 74 24 08

1 commentaire:

Deolinda a dit…

Bravo pour votre article. C'est très beau. J'ai déjà vu Les Naufragés du fol espoir et d'ici au 7 mars j'y serai encore trois fois et je suis toujours emmerveillée. Bien à vous. Deolinda